Eminem-Slim Shady LP-all rights reserved
Eminem-Slim Shady LP-all rights reserved

Cauchemar blond platine

Eminem a sorti The Slim Shady LP il y a 20 ans. Cet album est donc plus vieux que la majorité des adolescents d’aujourd’hui. Pourquoi revenir sur ce disque en 2019 ? Parce que tout simplement il marque les vrais débuts du MC de Detroit. Eminem avait déja lâché Infinite, son tout premier disque sans trouver un réel écho commercial. Une rencontre déterminante plus tard, avec Dr Dré, et la carrière du jeune Marshall Mathers explosa au visage du monde. Ce même monde ne savait plus quoi faire lorsque le blondinet agité crachait ses rimes hallucinées, ses vannes grasses comme un loukoum et les insultes en direction de sa mère ou de personnalités célèbres, cibles toutes désignées. L’Amérique avait de nouveau enfanté un cauchemar et ce qu’elle ne savait probablement pas à ce moment, c’est que le mauvais rêve allait durer longtemps.

Annonce Publique

Eminem ouvre The Slim Shady LP sur une déclaration chuchotée à l’oreille de celui, un narrateur anonyme, qui l’énonce. Cette déclaration prévient que les opinions exposées dans l’album sont, texto, « complètement niquées », »ne sont pas nécessairement les opinions de tout le monde », et qu' »Eminem ne saurait être tenu pour responsable suite à ces déclarations ».
La suite nous la connaissons, il s’agit de l’enchaînement avec My Name Is, titre ô combien introductif s’il en est. Shady nous envoie directement sur sa planète, remplie d’images déjantées et le premier constat que l’on peut imaginer, est celui du reflet d’une partie de la jeunesse américaine flinguée du cerveau. Eminem nous explique qu’il a pendu son moi originel il y a longtemps, qu’il n’arrive pas à choisir quel Spice Girls il souhaiterait engrosser, qu’il gobe et boit à tout va. Bref un joyeux bordel, et ce n’est que le début…

L’excellent Guilty Conscience raconte la rencontre des deux côtés d’une même personne, sa conscience, face à une situation problématique. En compagnie de Dr Dré, qui joue le côté Yin, alors que Slim Shady joue le côté Yang, les deux compères vont se tirer la bourre dans jeu de rôles absolument délirant. Dré essaie de calmer les choses, alors qu’Eminem fait tout pour les envenimer. Arrivé à la fin du morceau, Dré abandonne l’argumentation, complètement blasé par les moqueries incessantes de Mathers, et suggère à la personne prise d’une subite crise de conscience, de régler le problème. La chanson, portée par un sample de piano sautillant et presque cartoon est un grand moment de ce Slim Shady LP. Le 2ème sur 2 morceaux à peine, à vrai dire.

L’idole des jeunes

Nous poursuivrons avec Brain Damage sur lequel, sous des allures lègèrement comiques, Eminem nous dévoile certains moment de sa vie. Il nous explique quelque part la véritable naissance de Slim Shady. Car oui, Slim Shady n’existe en fait que dans la tête de son créateur. C’est un personnage, un échappatoire, un dérivatif pour une vie morne passée entre une mère physiquement présente mais malgré tout aux abonnés absents, et le harcèlement des bullies de l’école.

Vient ensuite l’immense If I Had et là, Shady ne plaisante plus, il se dévoile. Peut-être le premier moment de l’album ou Marshall Mathers prend vraiment la parole. Ni Eminem, Ni Slim Shady, juste Marshall. Il nous détaille ses espérances, ses espoirs, ses désillusions. L’instru est sobre et accompagne terriblement bien un texte écrit avec le coeur. Il n’est pas étonnant que des millions de jeunes se soit reconnus à travers ces textes. Simplement parce que ce qu’ Eminem raconte, d’autres le vivent au moment ou ils l’écoutent.

Plus loin, Role Model verra le MC repartir dans un délire, imaginant des actes aussi absurdes que provocateurs, sur fond de Jerry Springer, Hillary Clinton et Sonny Bono, se comparant à Norman Bates et demandant aux kids si ils veulent devenir comme lui plus tard. On imagine la réponse.

Shadyphrénie

The Slim Shady LP verra Eminem étaler ses histoires fantasques, qu’elles soient complètement inventées ou inspirées de faits réels. On devine donc plusieurs facettes à ces chansons pour la plupart tordues: Shady représente l’exagération, le défouloir, la presque perte de contrôle. Eminem est le MC, l’artiste. Et tout au fond, enfoui sous les souvenirs, la rage et l’ambition, le délire, il y a Marshall. Outre les morceaux présentés ci-dessus, les autres moments de bravoure ne manquent pas: le calme Rock Bottom, le festif Cum On Everybody, les As The World Turns et Still Don’t Give A Fuck sans remords.. Il y a de quoi faire. Et comme nous sommes ici pour parler de l’édition spéciale 20ème anniversaire nous avons droit à plusieurs ajouts: Bad Meets Evil avec Royce da 5″9, Get You Mad et Bad Guys Always Die pour les plus intéressants. Le reste est constitué d’accapella et d’instrumentaux. Ce qui est quand même un peu léger pour un anniversaire de cette envergure.

En conclusion

A l’époque, je n’avais pas complètement saisi la mesure de The Slim Shady LP. Mais ce trublion péroxydé qui envahissait les ondes et la télé me plaisait déjà. J’aimais son attitude rock n’ roll, presque punk même et le fait que sous les sales blagues, il y ait finalement un fond. Quand on regarde bien, ce que raconte Eminem, c’est la vie d’un mec de classe moyenne, attaqué aux émissions TV complètement nazes, qui se prend des bitures régulièrement et qui est au bord du gouffre. Certains MC préfèrent raconter leur vérité telle qu’elle est, crue, sans fard. Eminem préfère l’enrober d’une grosse dose trash et réussit à faire passer un message encore plus fort: voici ce que je suis, ce que la vie a fait de moi.

La plus grosse victoire de The Slim Shady LP est de transformer quelque chose de profondément négatif en une revanche sur la vie. Et d’avoir libéré son auteur de sa cage mentale. Les choses n’allaient pas s’arranger le succès venant mais il s’agit d’une autre histoire. Avec le recul, The Slim Shady LP a peut-être moins la stature des albums suivants (notamment The Marshall Mathers LP) mais il est l’un des plus spontanés et brut. Que dire des productions de Dr Dré qui contribue largement à rendre crédible cet univers ? Les intrus vont comme un gant au blondinet fou.


The Slim Shady LP reste un disque incontournable dans la discothèque d’Eminem. Maintenant et pour les 20 prochaines années.


%d blogueurs aiment cette page :