PASSION NOUS REVIENT AVEC UNDER THE COVERS, UN EP DE REPRISES, QUELQUES MOIS SEULEMENT APRES LA SORTIE DE LEUR PREMIER ALBUM ÉPONYME DONT NOUS VOUS AVIONS DÉJA PARLÉ EN DÉBUT D’ANNÉE. LES ANGLAIS ONT-ILS TOUJOURS LA FLAMME SACRÉE ? C’EST CE QUE NOUS ALLONS VOIR IMMÉDIATEMENT. BIENVENUE DANS CETTE NOUVELLE CHRONIQUE !

Welcome to the 80’s

Tout d’abord, reprécisons les choses avant de débuter cette review du Under The Covers de PASSION. En Janvier, le groupe mené par Lion Ravarez nous avait plus qu’agréablement surpris avec un premier opus très convaincant. Le mélange AOR/ Heavy Rock avait fonctionné au-delà de nos espérances. Des morceaux comme Intensity, She Bites Hard, ou également Too Bad For Baby avaient démontré un potentiel de frappe réel.

Nous étions revenus à la grande époque du Rock 80’s, gorgé de riffs ravageurs et de refrains entêtants. Et avant que nous allions plus en avant, il est important de parler de ce que PASSION avait essayé de faire. Un disque de Rock, fier, couillu, et dans une certaine mesure, simple. Un bon riff, un gros refrain, et hop on emballe.

Deuxièmement, nous arrivons donc en ce déjà très chaud mois de Juin et Under The Covers ne fera rien pour faire baisser la température, loin de là. Le combo Britannique décide de nous montrer de quel bois il se chauffe encore, en dévoilant quatre titres de groupes qui l’ont influencé. Et pas des moindres puisque l’on y retrouve Van Halen, Ratt, Winger et Slaughter. Alléchant hein ?

Passion sous les couvertures

Attendu que PASSION avec Under The Covers s’attaque à quatre gros morceaux, la critique risquait de tourner en leur défaveur. Que nenni ! Le premier titre, Poundcake, interprété par Van Halen à la base (doit-on présenter Van Halen ?) donnera le ton et fera les présentations. PASSION rend hommage au morceau en respectant sa dynamique originale et Lion Ravarez, très à l’aise dans un registre vocal que l’on croirait taillé pour lui, réussit à insuffler toute l’énergie de l’original chanté par Sammy Hagar. Chance Vanderlain aux guitares n’aura également pas à rougir de la comparaison avec le titan de la six cordes Eddie Van Halen. Une excellente introduction.

Passons ensuite au deuxième titre, Up All Night, initialement par Slaughter. Mélodique et ultra accrocheuse, la chanson reste dans le ton de ce que PASSION fait de mieux. Du big Rock entraînant, au moyen de ce refrain imparable que le combo restitue à la perfection avec une énergie d’en découdre communicatrice. Notons que la version de PASSION se situe tout de même un léger cran au dessus en terme de rendu, donnant ainsi à la chanson une saveur supplémentaire.

Aimer PASSION est un beau boulot

Découvrons encore un peu plus ce Under The Covers avec la reprise du Loving You Is A Dirty Job de Ratt. Le titre compte parmi l’un de mes favoris de cette époque, j’étais donc plutôt impatient d’entendre ce que PASSION en avait fait. Pour l’approche, on constatera que Ratt a du avoir peut-être la plus grosse influence sur les Anglais. Les mélodies, l’attaque des refrains… Tout, ou presque tout, se situe ici. On ne s’étonnera donc pas de voir que la reprise arrive à la hauteur de l’originale, et facilement.

Easy Come Easy Go de Winger fermera le EP avec classe. Avec un côté plus Heavy que celle de leurs auteurs, la chanson se permet le luxe de la dépasser. Plus de muscle, plus de conviction (pour ma part), il s’agit d’un travail de restauration apprécié. PASSION réussit à redonner des couleurs à un titre que je trouvais au départ représentatif de son temps, mais aussi quelque peu banal. Autant dire que j’ai redécouvert ce titre. Un bon point final à l’ensemble, donc.

En résumé

Under The Covers de PASSION se situe dans le haut du panier des albums de reprises. Un exercice pas si facile que ça, où il faut rendre hommage aux morceaux originaux tout en y ajoutant sa propre griffe. Et PASSION fait exactement cela. Sans dénaturer les chansons dont il s’inspire, le groupe leur donne un second souffle et se les approprie complètement.

Le combo nous fait apercevoir ses influences et fera sûrement découvrir aux plus jeunes fans du groupe des artistes qui le méritent. C’est également à cela que sert ce type d’album.

Quoiqu’il en soit, en attendant un nouvel effort de matériel original, Under The Covers continue d’entretenir la réputation du groupe et servira sans doute à passer d’excellents moments cet été, voire plus.

Bien joué les gars !

Pour aller plus loin:


Site: Frontiers Music Srl | FB | Instagram

%d blogueurs aiment cette page :