REVIEW MOTORHEAD ACE OF SPADES - Tous droits réservés
REVIEW MOTORHEAD ACE OF SPADES – Tous droits réservés


Review Motorhead, Ace Of Spades: Bonjour à tous, nous revenons aujourd’hui avec un disque hors du commun qui célèbre son 40ème anniversaire, et pilier d’une discographie légendaire. Mais également pierre angulaire de plusieurs styles de Rock, qui vont du Hard au Thrash en passant par le Speed Metal. Unanimement reconnu comme un disque fédérateur, il regroupe aussi un bon paquet de classiques de la bande à Lemmy.

Born to lose, live to win.

Ace of Spades, la chronique d’un classique

Pour commencer cette review de Motorhead de Ace of Spades, monstrueux album, le groupe avait déjà publié trois disques. Le dernier en date, Bomber venait juste après Overkill. Les Anglais empilaient les classiques à chaque sortie. Il n’en fallait pas plus pour ravir les fans. Ces derniers, avides du son rugueux, rapide et sans concessions du groupe, acceptaient alors la moindre offrande sonore provenant du combo. Il n’en allait pas être autrement avec Ace of Spades.

A cette époque Motorhead mettait tout simplement d’accord l’ensemble des fans de Punk, de Heavy Metal ou de Hard Rock.

Mieux, il allait mettre le monde à genoux.

La pédale sur l’accélérateur, tout le temps

Motorhead enregistra Ace of Spades pendant l’été 1980. Il sortit exactement le 27 Octobre de cette année. Alors que le public découvrait les prémices de la New Wave Of British Heavy Metal, Lemmy Kilminster, Phil Taylor ainsi que “Fast” Eddie Clarke proposaient un furieux mélange de sonorités bouillantes. Soyons clair: Ace Of Spades, du début à la fin, ne tient pas en place.

Dès que les premières notes de la basse chère à Lemmy retentissent sur l’intro du titre éponyme, rien ne pourra arrêter le train en marche. Et il va aller très vite, le bougre. Ace Of Spades, sur fond de jeu de poker, est une leçon de vie. Rien de moins.
Motorhead lâche donc un classique instantané en intro. Le morceau marquera profondément et durablement l’Histoire du Rock et fera dévier la course en avant inexorable du Heavy Metal en délivrant une chanson certes assourdissante, mais également aux accents furieusement Rock n’ Roll.

Rock n’ Roll Man

Car oui, si Lemmy rivalise de vitesse et d’agressivité (musicale) avec les groupes d’alors, il n’oublie jamais d’où vient sa musique et possède des bases classiques, conférant aux chansons une sorte de swing que les combos de l’époque ne possèdent pas, ou plus, à l’exception de certains. En bref, une attitude.

Dans le fond, sa musique emprunte autant à Chuck Berry, qu’à Little Richard ou d’autres rockers d’alors. Cette influence restera d’ailleurs présente tout au long de la carrière du chanteur/bassiste, c’est dire.

Ace Of Spades, un disque à toute épreuve

Je parlais de classiques plus haut, le disque n’en manque pas. Les perles jalonnent l’album. Il serait donc totalement injuste de résumer Ace Of Spades à ce seul morceau dans cette review. Si vous avez les oreilles bien accrochées, enfilez vous The Hammer à plein volume, pour prendre un autre exemple. Purement dévastatrice, cette salve, à l’instar d’Attila, ne laissera rien repousser après son passage. Pas encore rassasiés ? D’accord. Fire, Fire ensuite, fera parler la poudre et vous feriez mieux de vous tenir éloignés de l’explosion. We Are The Road Crew, à vitesse grand V, rendra par ailleurs hommage aux roadies.

Ces hommes de l’ombre qui accompagnent les groupes en tournée. Qui démontent les scènes, les remontent tous les soirs. Ceux qui branchent les câbles, font les réglages techniques, réparent les instruments parfois. Cette chanson narre la vie par moments chaotique mais rarement ennuyeuse de ces typas là. Une piste en béton armé doublée d’ un très bel hommage à ceux que l’on ne voit que très rarement et pourtant essentiels à la vie d’un groupe en tournée.

Motorlover

Mais Motorhead dans cette review d’ Ace Of Spades, chante aussi l’amour. Enfin, une certaine vision de l’amour. The Chase Is Better Than the Catch (La Chasse Est Meilleure Que Le Gain) ralentissant quelque peu le rythme effréné du disque, garde néanmoins une force de frappe relativement titanesque grâce à un rythme appuyé et plus mélodique que le reste des morceaux de l’album. La voix travaillée au papier de verre de Lemmy y fait des merveilles et l’on se prend rapidement à secouer la tête ou taper du pied au cours de cette histoire dans laquelle le chanteur affirme qu’ “il ne fait pas que baiser”.

Question rythme, on notera le travail de forcené attribué à “Philhy” Phil Taylor. Le batteur fait preuve d’une rigueur incroyable et son jeu n’est pas étranger à la puissance qu’exsude la galette. Cognant ses fûts comme un dingue ou se contentant de donner la cadence, la force d’ Ace Of Spades repose sans aucun doute aussi sur ses épaules. Ou ses bras comme vous voudrez.

Vivre pour toujours

Motorhead avait donc laissé Ace Of Spades décimer absolument tout autour de lui. Revenir sur ce disque pour ses 40 ans me paraissait essentiel. Il s’agit d’un tel classique. Du groupe d’abord. Du Rock ensuite et plus largement peut-être, de la musique toute entière. Il a influencé tellement de musiciens, de genres. De personnes aussi, dans leur vie. Il a montré que l’on pouvait jouer et vivre à 100 à l’heure puis ne rien regretter. “That’s the way I like it baby, I don’t want to live forever !” scandait Lem’.

Plus qu’une déclaration d’intention, on tient de surcroît le parfait manuel du “Comment jouer du Rock ?

Soulignons une dernière fois son importance au sein d’une communauté musicale, de plusieurs en fait. En 1980, les “clans” étaient bien définis. Il y avait les punks d’un côté, les hardos de l’autre et le Thrash balbutiait à peine son nom. Le Heavy avait déjà pris son envol et tout le reste se tenait au milieu. Motorhead avait, sans doute involontairement, appris à tous ces amateurs de son puissant, fort, à se rassembler. Plus important, il se faisait respecter par eux, dans leur quasi entièreté.

En conclusion

Comment dire les choses ? Si vous deviez commencer par un disque dans la discographie de Motorhead, Ace Of Spades constitue le début idéal. Il contient un certain nombre des chansons les plus marquantes du combo. Quant aux morceaux moins connus, ils sont tout aussi réussis.

Pas uniquement un sans faute, mais un morceau d’Histoire, ni plus ni moins.

Afin de conclure cette review d’Ace Of Spades, Motorhead revient également dans une superbe édition collector, sous forme d’un coffret comprenant diverses choses. Notamment le Live At Whitla Hall, Belfast, capté le 23 décembre1981. Un Live au Parc Expo, Orleans enregistré le 5 mars 1981 fait aussi partie du voyage. L’on trouvera également, démos, prises alternatives, dont certaines réellement très intéressantes, afin de pouvoir jauger la dynamique et l’orientation donnée à un morceau au moment de l’enregistrement. Le détail de la tracklist ci-dessous.

Le tout se trouve en commande ICI.

Motorhead – Ace Of Spades – 40ème Anniversaire Tracklist

« Ace Of Spades »
Face A
01. Ace Of Spades
02. Love Me Like A Reptile
03. Shoot You In The Back
04. Live To Win
05. Fast And Loose
06. (We Are) The Road Crew
Face B
01. Fire Fire
02. Jailbait
03. Dance
04. Bite The Bullet
05. The Chase Is Better Than The Catch
06. The Hammer

« A Fistful Of Instrumentals »
Face A
01. Ace Of Spades (demo)
02. Hump On Your Back (demo)
03. Shoot You In The Back (demo)
04. Fast And Loose (demo)
Face B
01. Dirty Love (demo)
02. Love Me Like A Reptile (demo)
03. Dance (demo)

« Riders Wearing Black » – Live At Whitla Hall, Belfast – 23 décembre1981
Face A
01. Ace Of Spades
02. Stay Clean
03. Over The Top
04. The Hammer
05. Shoot You In The Back
06. Metropolis
Face B
01. (We Are) The Road Crew
02. No Class
03. Bite The Bullet
04. The Chase Is Better Than The Catch
Face C
01. Jailbait
02. Leaving Here
03. Capricorn
04. Too Late, Too Late
Face D
01. Overkill
02. Bomber
03. Motörhead

Goodies Aces Of Spades, la suite

« Dead Man’s Hand » – Live At Parc Expo, Orleans – 5 mars 1981
Face A
01. Ace Of Spades
02. Stay Clean
03. Over The Top
04. Metropolis
05. Shoot You In The Back
Face B
01. The Hammer
02. Jailbait
03. Leaving Here
04. Fire Fire
05. Love Me Like A Reptile
Face C
01. Capricorn
02. Too Late, Too Late
03. (We Are) The Road Crew
04. No Class
Face D
01. Bite The Bullet
02. The Chase Is Better Than The Catch
03. Overkill
04. Bomber

Goodies Ace Of Spades, les jokers

« The Good, The Broke & The Ugly »
Face A
01. Ace Of Spades (Alternative Version)
02. Dirty Love
03. Love Me Like A Reptile (Alternative Long Version)
04. Shoot You In The Back (Alternative Version)
Face B
01. Hump On Your Back
02. Fast And Loose (Alternative Version)
03. (We Are) The Road Crew (Alternative Version)
04. Fire Fire (Alternative Version)
05. Jailbait (Alternative Version)
Face C
01. Waltz Of The Vampire
02. The Hammer (Alternative Version)
03. Dirty Love (Alternative Long Version)
04. Bastard
05. Godzilla Akimbo
Face D
01. Love Me Like A Reptile (Alternative Version)
02. Dirty Love (Alternative Version)
03. Please Don’t Touch (Performed by HEADGIRL)
04. Bomber (Performed by GIRLSCHOOL)
05. Emergency

« Ace On Your Screens » DVD
Part 1: Motörhead on TV 1980-1981
Part 2: BBC In The City; Live In Belfast ‘81
Part 3: 5.1 audio mix of Ace Of Spades

Motorhead – Ace Of Spades 40th Anniversary, disponible le 30 Octobre 2020 via Nuclear Blast

Motorhead Online: Site | Twitter | Instagram | Facebook

%d blogueurs aiment cette page :