LEPROUS-PITFALLS

LEPROUS-PITFALLS-Tous Droits Réservés
LEPROUS-PITFALLS-Tous Droits Réservés

Je laisserai le premier mot au chanteur/claviériste de Leprous, Einar Solberg pour commencer cette review de l’album Pitfalls: “C’est vraiment l’album que personne n’attend de nous », déclare-t-il fièrement dans la bio du groupe.

Si cela peut ressembler à une énième phrase vide de sens afin de promouvoir la sortie de chaque nouvel album de X ou Y, ici, pas question. En effet, Leprous avec leur dernier album Pitfalls donc, vient de faire un très beau et très bon pas en avant. Ou peut-être en diagonale. Et ne manquera pas de diviser, ce qui est la marque d’un groupe qui affirme ses idées quoiqu’il en soit. Le disque, pour certains, portera bien son nom (Pièges en bon François bien de chez nous). Pour les autres, il sera source de plaisir. Ce qui peut sembler paradoxal lorsque l’on replace l’album dans son contexte, à savoir le combat de Solberg contre la dépression.

Leprous-Pitfalls: La review

Ceci apparaît comme une évidence dès l’entame de Below, judicieusement placé en ouverture de Pitfalls.

« All of my stories are below (below)
Beneath the surface you cannot grow (grow grow grow)
Curled and naked I defer (I defer)
Too shaky thoughts all in my plear »

On peut entendre toute l’angoisse et la détresse de Solberg sur un morceau très doux mais aussi où l’on peut le voir désorienté. Musicalement, il ne reste que très peu de traces du Métal. Une large dose de violons accompagnent le sentiment de perdition qui s’en échappe. Il s’agit en l’occurrence d’un titre relativement doux, savamment dosé en émotion, porté par un refrain majestueux et la voix toujours aussi puissante et cristalline de Solberg. L’interprète navigue à droite et à gauche, lentement mais inexorablement au gré de ses pensées maussades.

La suite n’est pas plus gaie avec I Lose Hope. Ceci dit, il ne faut pas croire que Pitfalls est une descente aux Enfers pour l’auditeur. Pour l’un de ses auteurs, assurément. Mais Leprous reste suffisamment maître de son discours pour ne pas infliger une dose létale d’anxiété à ceux qui prêteront l’oreille. D’ailleurs ce I Lose Hope est presque entraînant. La faute à ce motif immédiatement accrocheur où Solberg donne dans une sorte de chant léger, mais pourtant habité, par instants presque lyrique. La facette « catchy » de Leprous, nous la retrouverons à nouveau plus loin avec Observe The Train.

Voyage jusqu’au bout du tunnel

Puis viendra Alleviate, nouvelle plongée en apnée au coeur des sombres pensées de Solberg au moment où il écrivit ces paroles. Un titre très épuré dans lequel chaque instrument se superpose, construisant ainsi une colline de sentiments différents. Un habile collage d’émotions au départ dispersées, puis, petit à petit, le puzzle prend forme. Curieusement, cette chanson évoque pour moi la sensation de le voir trier dans sa tête ces fragments de trouble afin de les rassembler puis de finalement s’en évader.

Nous allons désormais parler du superbe At The Bottom. Voilà un très grand moment qu’est arrivé à composer Leprous sur Pitfalls et de fait sur cette review. Quelle délicatesse, quel savoir-faire dans le maniement des arrangements ! Tout tombe à pic et jamais, jamais le voyage sur cet album n’aura valu autant le coup. Le chanteur met à disposition de Leprous son état d’esprit et le groupe tout entier jongle avec le matériau qu’il veut bien lui donner. Que dire de ce violon lancinant qui intervient en plein milieu ? Il ajoute une couleur étrange avant de permettre au morceau de retomber sur ses pattes avec grâce. Le dernier mot revient encore à Solberg, triste, rageur et aérien à la fois. Magnifique.

De Charybde en Scylla

Distant Bells ira plus ou moins dans une direction similaire, mais aura plus de mordant dans sa partie finale. D’une infinie tristesse sur la plus grosse partie de la chanson, c’est le titre de la prise de conscience. Un morceau tout en montée en puissance, au départ terriblement discret. Les notes de piano distillent une imagerie inquiétante. Et ce chant, toujours éclatant, qui invariablement arrive à ajouter de multiples couches au traumatisme.

Le mot peut sembler fort. Oui, les troubles mentaux ne sont pas à prendre à la légère. Et Solberg tire de ses névroses une incroyable envie de s’en sortir. Ce morceau représente tout ce qui peut arriver lorsque l’on se retrouve dans ces états là. La perte de repères, la lassitude… Mais au bout du compte il faut se relever. Quoi qu’il en soit.

Reprise en mains et interrogation

Avec Foreigner, Leprous cassera, musicalement au moins, la dominante calme de Pitfalls. Il s’agit en effet du seul morceau « classique » en terme d’énergie à proprement parler, de l’album. Il sonnera d’ailleurs un peu comme un signal d’alerte. Le moment de la reprise en mains de son destin, de sa vie. Foreigner marque également le retour à un style plus musclé, plus Rock, plus brut.

Mais voici déjà venir l’heure du grand final avec The Sky Is Red. Longue pièce de plus de onze minutes, The Sky Is Red conclura Pitfalls de fort belle manière. Comme si on pouvait encore douter après tout ça hein ? Ultime morceau d’un disque beau comme un diamant, il nous rappellera pourquoi on aime Leprous. Réglé comme une horloge suisse, varié, une idée de chanson par riff, voilà le genre de dessert que l’on ne refuse pas. Il se terminera également de manière intrigante, en forme de point d’interrogation pour un futur que l’on souhaite beaucoup plus lumineux à son auteur.

Leprous-Pitfalls- La review :conclusion

Bien. Avant de finir je tiens d’abord à adresser un immense bravo à Einar Solberg pour sa prestation vocale. Il tient et porte littéralement l’album de bout en bout. Nous ne sommes que spectateur de sa chute mais avec l’aide du groupe il peint une superbe fresque, tragique, humaine, personnelle. Le reste de Leprous n’est absolument pas en reste et la cohésion des deux donne à écouter l’un des albums les plus inspirés de cette année. Raffiné, délicat et pourtant très dur dans son discours, le tout est mis en place avec subtilité et un grand sens de la délicatesse.

Non content de se remettre en question (une fois de plus) avec Pitfalls, je crains néanmoins que cet album divise. Pas assez Rock pour certains, pas assez Prog pour d’autres (alors que pourtant), il risque d’en laisser quelques uns sur le carreau. Posez vous cette question: Si l’un des groupes que vous aimez ose franchir un palier à chaque sortie, quitte à briser une formule utilisée par le passé, n’est-ce pas la meilleure preuve d’honnêteté que vous pouvez obtenir de sa part ? Je ne sais pas si cet opus relèvera le défi imposé par le temps. En revanche, vous avez à l’instant T l’endroit où veut aller Leprous qui n’a pas choisi Pitfalls comme nom d’album par hasard si vous voulez mon avis… J’espère que l’envie vous prendra de faire ce bout de chemin avec eux car vous rateriez un sacré morceau sinon.

Perpétuel jeu d’ombre et de lumière, inattaquable dans son fond, de mon point de vue irréprochable par sa forme, les Norvégiens viennent de frapper un grand coup.

Merci. Beaucoup.


Top Albums Metal 2019

Top Albums Metal 2019
Top Albums Metal 2019

Le Grand Top des Albums Metal 2019

Et bien nous y sommes. Le moment attendu, le top des albums metal 2019, le grand bilan de l’année écoulée. Les disques qui nous ont le plus marqué, ceux que nous avons eu plaisir à faire tourner en boucle chez nous, en voiture, à aller voir en concert donc la crème de la crème, the best of the best. Un bien grand mot étant donné la jeunesse du site sur lequel vous vous trouvez à savoir Zeekology.fr.

Avant tout, nous nous devons de signaler que pour des raisons évidentes de temps, nous nous concentrerons sur les disques que nous avons pu écouter. Aussi, Il sera donc inutile de liquider 3 paquets de kleenex parce que tel ou tel album n’a pas sa place sur le podium, hein. Ce n’est pas parce que nous l’avons esquivé mais parce que nous n’avons pas pu y jeter une oreille. Donc si vous pensez que l’album de votre groupe favori ne se trouve pas ici, voici une suggestion: Dites le nous ! Nous nous ferons un plaisir d’aller écouter ça. Nous sommes toujours à l’affût en ce qui concerne une nouvelle galette.

Troisième place du Top

Là dessus, dirigeons nous vers l’affaire qui nous concerne aujourd’hui, ce fameux top des albums Metal 2019 ! Commençons immédiatement avec le médaillé de bronze, le troisième sur le podium. Celui là même qui a la lourde charge d’ouvrir la salve de disques que nous avons eu le grand plaisir d’écouter et de chroniquer dans ces colonnes ! Il s’agiiiiiiit deeeeeeeeee (roulements de tambour): BAEST avec VENENUM !

Baest-Venenum-Tous droits réservés
Baest-Venenum-Tous droits réservés

Après Danse Macabre en 2018, BAEST a servi cette année un très grand disque de Death Metal. Brutal mélodique et inspiré, VENENUM place de bons espoirs pour le futur du groupe. A l’image de titres tel que Vitriol Lament, Gula ou As Above So Below, l’arsenal sonique de BAEST se déploie de manière impressionnante. D’ailleurs la pression ne se relâche que rarement lors de l’écoute. On en ressort avec un gros smile sur le visage et on en redemande. Bravo Messieurs pour une deuxième album, c’est un grand pas en avant.


Chronique BAEST-Venenum: https://zeekology.fr/2019/08/23/review-baest-venenum/

Deuxième place du Top

Nous allons maintenant déçerner la médaille d’argent, la deuxième récompense de ce classement. Si la décision précédente fut assez facile à prendre, la place entre le premier et le second fut un sujet de réflexion. Beaucoup de grands albums sont sortis. Néanmoins, dans tous les styles que nous avons abordé il y a une tendance certaine. Le Metal, qu’il soit Heavy, Thrash, Death ou ce que vous voulez, a eu une très bonne année.

Malgré cela, la deuxième place fait probablement partie des moins « Metal » stylistiquement parlant. Le background, indiscutablement, a intégré le Metal comme ingrédient de la recette, seulement comme d’autres influences. Il y a par ailleurs beaucoup d’autres choses et particulièrement la présence de grands musiciens ainsi qu’un chanteur dont la performance vocale nous a laissé… sans voix.

Mais assez parlé, place au médaillé d’argent. Et le gagnant se nomme: LEPROUS avec son album PITFALLS !

Leprous-Pitfalls-Tous droits réservés
Leprous-Pitfalls-Tous droits réservés

On l’a déjà dit, mais on va le répéter : PITFALLS est un immense album dans la discographie du groupe. Puissant et fragile à la fois, profond aussi, à l’instar des titres Alleviate ou At The Bottom, le groupe nous entraîne sur de sombres chemins au fur et à mesure que nous découvrons le combat qui a touché la vie personnelle de Einar Solberg, le chanteur. Les mots « brutal » ou encore « agressif » n’ont pas leur place ici, en revanche finesse, intelligence des compositions et prise de risques iront comme un gant à ce PITFALLS. A écouter sans retenue.


Chronique LEPROUS-PITFALLS: https://zeekology.fr/?s=leprous

Première place du Top

Pour conclure en beauté, voici le grand gagnant de ce top des albums Metal 2019, le vainqueur absolu. Celui qui nous a mis sens dessus-dessous, qui nous a estomaqué à 3000%. L’album qui à nos yeux représente ce qui peut se faire de mieux au moment où nous parlons. C’est avec plaisir que nous allons remettre ce disque en avant parce que, c’est peut-être bête à dire, mais c’est un bel album. Dans tous les sens du terme. Il y a tout à l’intérieur. Technique, force, mélodies et surtout du talent à revendre.

Pour celles et ceux qui ne sont pas coutumiers du combo qui ne va pas tarder à pointer le bout de ses guitares, nous vous invitons à découvrir la rondelle qui suit, mais aussi le reste de la discographie. Vous ne serez pas déçus, promis. Sans plus attendre, voici la médaille d’or: Mesdames et Messieurs veuillez accueillir comme il se doit BORKNAGAR et son fantastique album TRUE NORTH !

Borknagar-True North-Tous droits réservés
Borknagar-True North-Tous droits réservés

Le nord, direction de la victoire

Véritable festival de profusion de riffs, performances vocales hors normes, mélodies fort bien trouvées, sens de la composition. Avec TRUE NORTH, BORKNAGAR se place très haut dans nos coeurs. Les Fire That Burns, Wild Father’s Heart ou bien Tidal, ne sont que des exemples dans un disque qui vous emmènera très loin. Il nous tarde de voir ce que cela peut donner en concert mais nul doute que nous voyagerons à nouveau en compagnie du groupe.

BORKNAGAR a publié un énorme disque de Metal, et, à notre humble avis, forge l’une des discographies modernes du genre les plus impressionnantes qualitativement parlant. Black Metal, Heavy, Progressif, le groupe ajoute pas mal de composantes qui ne pourront que séduire le fan ou le novice.

Une magnifique porte d’entrée pour qui ne connait pas le groupe et l’aboutissement d’un chemin commencé il y a quelques années. Que de chemin parcouru depuis avec en tête un seul objectif: l’excellence musicale. C’est réussi.


Chronique BORKNAGAR-TRUE NORTH: https://zeekology.fr/?s=borknagar

Mentions spéciales

Vous connaissez désormais les vainqueurs du Top Metal 2019 chez Zeekology.fr. Mais il serait injuste de ne pas citer d’autres albums qui nous ont fait impression. Saluons donc les Thrashers Sacred Reich et leur Awakening marquent un retour en forme de la plus belle des manières. De même qu’ Exhorder avec Mourn The Southern Skies qui met fin à un silence de 27 ans avec bruit et fureur. Witch Vomit également représente très bien le Death Metal avec Buried Deep In A Bottomless Grave.

Mentionnons également Slipknot et We Are Not Your Kind qui approfondit leur son avec assurance et maîtrise et qui a bien cartonné cet été, à juste titre.

Un dernier mot…

Nous espérons que vous aussi, vous avez pris du plaisir, que ce soit avec ces disques ou d’autres. Car l’essentiel, outre ces tops de fin d’année qui au fond ne signifient pas grand chose c’est que vous ayez pu embarquer dans le trip que vous ont proposé tous ces groupes.

Nous vous remercions pour avoir pris le temps de nous lire et nous vous souhaitons d’excellentes fêtes ! Rendez vous en 2020 pour d’autres aventures métalliques !