GOST EN TOURNÉE ET NOUVEAU CLIP

GOST EN TOURNÉE ET NOUVEAU CLIP-Tous droits réservés
GOST EN TOURNÉE ET NOUVEAU CLIP-Tous droits réservés

GOST en tournée sort un nouveau clip pour Dreadfully Pious

Le groupe synthwave GOST, tout en jouant les dernières dates de leur tournée européenne actuelle publie un clip. Il s’agit de « Dreadfully Pious« , un hommage aux films slasher des années 80 qui ont fortement influencé GOST

GOST ajoute: «Baalberith fait un retour brutal dans la vidéo de ‘Dreadfully Pious‘. Nous tenons à remercier le réalisateur Diego González Cruz, le directeur de la photographie Andrés F. Morales et le producteur Pivote et Plot Studio pour leur vision absolument magnifique et violente ! Avertissement! Cette vidéo contient des images graphiquement violentes. Regardez à vos risques et périls! ”

Vous pouvez aussi profiter de cette tournée de GOST pour y voir le groupe en compagnie de SVART CROWN, le combo de BM Français sur les dates suivantes:

GOST/SVART CROWN

10.03.20 (FR) Nancy – L’Autre Canal

11.03.20 (FR) Paris – Petit Bain

12.03.20 (FR) Nantes – La ferraille

14.03.20 (BE) Liège – Reflektor

15.03.20 (UK) Londres – Underworld

Découvrez GOST

C’est la raison pour laquelle qu’après une tournée européenne avec Mayhem et Gaahls Wyrd et une tournée américaine en tête d’affiche, GOST est en train de visiter leur dernier album, « Valediction« . Vous pouvez également en obtenir une copie ici: https://Gost.lnk.to/ Valediction

Par conséquent si vous ne connaissez pas GOST, vous pouvez découvrir Ligature Marks, autre excellent titre, par là: https://youtu.be/rJBVYdMErnE

En 2018 Century Media Records a par ailleurs accueilli le mystérieux producteur connu sous le nom de GOST, qui incarne le personnage de Baalberith sur son projet solo de synthwave qui canalise sa fascination pour les films occultes, John Carpenter et slashers des années 80.

Une belle carte de visite

Adolescent, il a joué dans des groupes de métal, mais a finalement dérivé vers la musique électronique qui deviendra plus tard la base de son puissant son synthwave / retrowave.  Grâce à ses atmosphères et son esthétique obsédantes influencées par les coins les plus noirs du monde du métal, sa musique a rapidement attiré GOST un public fidèle au sein de la communauté rock et métal du monde entier. 

Ainsi, en plus de jouer ses propres tournées en Europe et en Amérique du Nord, il a utilisé l’intérêt de sa base de fans croissante pour prendre la route avec des artistes divers tels que Pertubator, Carpenter Brut, 3TEETH, Pallbearer, Black Dahlia Murder, Power Trip, Khemmis , Havok, Skeletal Remains, Mayhem et Gaahls Wyrd. En outre, GOST a annoncé l’invocation de Carreau qui a rejoint Baalberith sur scène l’an dernier. Puis, pour l’enregistrement, le mixage et le mastering du nouvel opus «Valediction», GOST s’est associé à Jaime Gomez Arellano, qui a travaillé avec Paradise Lost, Solstafir, Priomordial, Myrkur et bien d’autres. Le résultat est donc un mélange volatil qui va de la synthwave / retrowave aux recoins les plus déchaînées et extrêmes du black metal.

Retrouvez GOST Online:

FB: www.facebook.com/gost1980s

Instagram: www.instagram.com/gost1980s

Twitter: www.twitter.com/gost1980s

OZZY OSBOURNE VEUT ASSURER SES CONCERTS

OZZY SOUHAITE CONTINUER A FAIRE DES CONCERTS-Image libre de droits
OZZY SOUHAITE CONTINUER A FAIRE DES CONCERTS-Image libre de droits

Ozzy Osbourne veut continuer à se produire sur scène

Au cours d’un entretien à Good Morning Britain, Ozzy Osbourne a déclaré se sentir confiant quant à sa capacité à assurer des concerts dans un futur proche. Il dit: « Mon désir est de revenir sur scène. Je ne suis pas prêt à raccrocher mon micro. C’est pour ça que je vis – pour faire des spectacles. »

Osbourne, qui a récemment révélé avoir contracté une forme précoce de la maladie de Parkinson depuis 2003, précise néanmoins que : « ses concerts avaient été « reportés » et non annulés. Il a dit: « La façon dont je le vois, et j’en ai parlé à Sharon (Osbourne, sa femme) , je ne peux pas aller sur la route tant que je ne suis pas sûr à 100% de pouvoir y arriver. Parce que si j’y vais maintenant et que je ne peux pas continuer, les gens vont penser que j’ai perdu cette histoire. Donc je ne vais pas y aller jusqu’à ce que je puisse leur donner le spectacle que je veux leur donner, parce que ce n’est pas juste pour eux. »

« Parce que c’est la seule chose que j’ai jamais faite dans ma vie. C’est la seule chose que j’ai toujours voulu faire. C’est la seule chose en laquelle j’ai confiance et que je puisse faire. Mais vous devez avoir un but. Et si à un moment le type tout là haut veut dire que c’est fini, je dois continuer d’essayer jusqu’à ce que j’ai épuisé toutes les solutions.  »

Ozzy Osbourne veut continuer à faire des concerts mais pour cela, il doit avant se rendre en Suisse en avril pour des traitements supplémentaires. « Ordinary Man », son dernier album en date est sorti le 21 février.

Courage Oz’.

(Via Blabbermouth.com)

BURY TOMORROW Cannibal, le Nouvel Album

BURY TOMORROW: Nouvel Album, Cannibal-Tous droits réservés
BURY TOMORROW: Nouvel Album, Cannibal-Tous droits réservés

BURY TOMORROW: un nouveau clip pour annoncer la sortie imminente de Cannibal

Suite à la sortie du premier single de l’album  The Grey (VIXI) avec une tournée triomphale au Royaume-Uni et en Europe, qui a abouti à une exposition imposante au  Roundhouse du nord de Londres , ce fut quelques semaines exigeantes pour les piliers métalliques de Southcoast, Bury Tomorrow, qui s’apprêtent à sortir un nouveau LP, Cannibal. Alors que les récentes annonces de festivals à  Slam Dunk et Impericon voient le groupe atteindre des positions élevées sur certains des plus grands festivals alternatifs au Royaume-Uni et en Europe, ces réalisations ne sont que l’aube de quelque chose de plus grand…

Accompagnant l’annonce de la pré-commande, voici le dernier single , Cannibal. Vous pouvez avant tout regarder la superbe vidéo ici . 

Cannibal Lecter

Le titre de l’album, se référant au fait que nos propres pensées nous rongent parfois ainsi que l’impact de l’action d’autres humains, résume un ensemble de travaux forgés à partir des expériences les plus difficiles et les plus honnêtes du chanteur principal Dani Winter Bates. Bien que ces thèmes difficiles aient été immortalisés dans les paroles de Bury Tomorrow auparavant, cette fois, en laissant tomber toutes les métaphores et les déclarations opaques autour des expériences de sa propre santé mentale, le groupe aborde certains de leurs concepts les plus brutalement candides. 

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un secret, Cannibal est bien l’histoire de Dani d’un point de vue lyrique et thématique, le groupe soniquement se trouve également dans une forme de classe mondiale. Black Flame a vu le groupe atteindre son troisième top 40 consécutif et sa position la plus élevée au classement, les catapultant ensuite aux échelons supérieurs du métal. Cette fois-ci, leur effort studio prolongé leur a permis de déchirer, réécrire et retravailler toutes les pistes qui n’étaient pas à la hauteur, résultant en ce qui est sans aucun doute leur meilleure, et la sortie la plus courageuse de leur carrière jusqu’à présent.

Bury Tomorrow sortira son sixième album, Cannibal , le 3 avril via  Music For Nations / Sony

De succès en succès

Ensuite, Il s’agissait du troisième album consécutif du groupe dans le Top 40 du Royaume-Uni – un exploit pour un groupe Heavy – et les a emmenés en tournée qui a culminé avec une énorme représentation à l’emblématique Roundhouse de Londres. Mais avec Cannibal qui arrive, le groupe a fait un autre bond en avant.

Pour commencer, le quintette de la côte sud est responsable de certains des hymnes les plus excitants du metalcore, et Cannibal est rempli de refrains plus glorieux, de riffs tranchants comme des rasoirs et de mélodies sublimes qui solidifieront leur siège à la table du top du UK metal.

Bury Tomorrow et l’enregistrement de Cannibal

Pour l’enregistrer, le groupe a réuni le guitariste de SikTh et le producteur de Black Flame Dan Weller (Enter Shikari, Young Guns), tandis que le mixage et le mastering ont été complétés par Adam « Nolly » Getgood et Ermin Hamidovic, l’équipe de rêve derrière le Holy Hell d’Architects. Le résultat ? Bury Tomorrow sort son album le plus technique et le plus anthémique à ce jour. Et tandis que le chanteur et parolier Dani Winter Bates est depuis longtemps l’un des défenseurs les plus forts du métal pour l’importance de discuter de la santé mentale, cette fois il plonge explicitement dans ses propres expériences, écrivant ses paroles les plus brutales à ce jour.

 » Cet album est pour moi ainsi que pour les fans », explique le chanteuse Dani Winter Bates«Un processus cathartique pour aborder certains des moments les plus sombres que j’ai eu dans ma vie. Pour certaines personnes, l’écoute difficile. Mais je pensais que je devais faire ça, si je veux y entrer, je vais y entrer. Je ne fais pas quelque chose à moitié. Il n’y a aucune parole que je changerais sur tout cet album. »

Des paroles inspirées

Quand Dani a commencé à écrire les concepts de Cannibal, alors qu’il avait déjà écrit des pistes sur sa santé mentale, cette fois, les choses changèrent. Laissant globalement de côté toutes les métaphores et les sentiments opaques, il a abordé les choses de front, espérant que l’approche sans vergogne de l’album aidera les gens qui ont du mal à comprendre, qu’ils ne sont pas seuls.

«Je voulais vivre selon mes paroles», dit-il. «Je parle aux gens de la normalisation de la santé mentale (Dani a animé des sessions Safe Space à travers le pays lors de tournées, aux côtés de professionnels de la santé mentale), alors comment puis-je écrire un album où je ne parle pas de santé mentale? La normalisation de la santé mentale est ce qui sauve des vies. Je veux que les gens voient la lumière dans l’obscurité. S’ils plongent là où ils peuvent trouver du réconfort dans la discussion, la normalisation, l’action positive en discutant de cela. « 

Nature humaine oppressante

En outre pour les paroles, il y a une sensation apocalyptique dans Cannibal. Alors que des morceaux comme Quake et Better Below pénètrent profondément dans les moments les plus bas de Dani, l’album explore également l’impact des médias sociaux sur Gods And Machines ainsi que ce qu’il appelle «la nature oppressante et horrible de la société».

« Le terme Cannibal se réfère à être rongé par vos propres pensées mais aussi rongé par d’autres humains » , explique-t-il. « Nous ne sommes pas gentils avec nous-mêmes, et encore moins gentils les uns avec les autres. »

Pendant que Cannibal représente très bien l’histoire de Dani au niveau des paroles et des thèmes, le reste du groupe tient également la forme de leur vie. La chanson en forme de clin d’œil clair à l’anthémie du title track hors concours de Black Flame et des pistes comme le puissant Choke , The Grey (VIXI) et Imposter sont des classiques de Bury Tomorrow. Des maelströms métalliques, des riffs agités et des chœurs expansifs. Ailleurs cependant, le groupe a pris plus de risques que jamais, ajoutant de la profondeur et de l’ombre à son son en constante évolution. Gonflant et mijotant comme un volcan bouillonnant à travers la mélodie glaciale de Cold Sleep. Et pour toutes les ruminations sombres de l’album, le titre final, Dark Infinite, un sommet mélodique, sonne comme si le groupe allait affronter le monde.

De l’exigence dans l’écriture

Ensuite, le travail sur Cannibal a commencé presque immédiatement après la sortie de la version de luxe de Black Flame en juin 2019 et s’est terminé en partie sur la route. Après quoi, le groupe se dirigea vers le studio, enregistrant des batteries et des guitares rythmiques dans les studios de Middle Farm, dans le sud du Devon, le reste de l’album étant enregistré aux studios Vale dans le Worcestershire. En mettant en pratique les leçons qu’ils avaient apprises lors de la création de Black Flame, le groupe a déchiré, réécrit et mis au rebut toutes les pistes qui n’étaient pas à la hauteur.

Bien que le processus ait été loin d’être facile et ait poussé le groupe musicalement et émotionnellement à ses limites, il ne fait aucun doute que c’est leur meilleur album et le plus courageux à ce jour. Maintenant, après quatorze ans dans sa carrière, Cannibal constitue l’album qui emmènera Bury Tomorrow à des sommets encore plus élevés. 2020 sera leur année.

«Je veux qu’il élargisse notre base de fans et capitalise sur ce que nous avons fait avec Black Flame», déclare Dani«Black Flame se connecte avec beaucoup de gens. Je veux que Cannibal nous emmène dans une nouvelle partie de notre carrière. C’est un excellent point de départ pour une discussion, je suis ravi que les gens l’entendent. Je veux juste que les gens l’entendent. »

Bury Tomorrow:

Dani Winter-Bates –Vocals
Jason Cameron –Clean vocals / Rhythm guitar
Kristan Dawson –lead guitar, backing vocals
DavydWinter-Bates –Bass
Adam Jackson –drums

TRACKLISTING

01. Choke
02. Cannibal
03. The Grey (VIXI)
04. Imposter
05. Better Below
06. The Agonist
07. Quake
08. Gods & Machines
09. Voice & Truth
10. Cold Sleep
11. Dark Infinite

Bury Tomorrow online: Facebook Site officiel I Twitter I Instagram

THE NEW ROSES: Nouveau clip, tournée à venir

The New Roses: Nouveau clip, tournée à venir-Tous droits réservés
The New Roses: Nouveau clip, tournée à venir-Tous droits réservés

THE NEW ROSES vient de sortir une autre vidéo

Pour commencer, le titre éponyme, extrait de son album révolutionnaire, Nothing But Wild (placé # 10 DE, # 45 AT, # 31 CH) accompagne une vidéo live saisissante du concert du groupe au Schlachthof de Wiesbaden en 2019. Par ailleurs, le clip dépeint avec sincérité et intégrité que THE NEW ROSES respirent lors de leurs tournées, non seulement en ce qui concerne leurs performances, mais aussi à proximité de leurs fans.

Après des apparitions réussies dans le monde entier, entre autres, en tant qu’acte d’ouverture pour KISS et SCORPIONS, le quatuor n’en a donc certainement pas encore terminé ! Puis, une autre tournée débutera le 13 mars 2020, et en été, THE NEW ROSES jouera par la suite de nouveau avec KISS ! Ne manquez pas l’opportunité de voir les rockers allemands sur scène: un spectacle spectaculaire rempli de bangers qui vous fera danser vous attend !

LE GROUPE VOUS DONNE RENDEZ-VOUS SUR LA ROUTE !

Timmy Rough sur la vidéo:

« Ce clip est un salut à tous nos fans qui ont fait de notre Nothing But Wild Tour une soirée Rock & Roll folle nuit après nuit après nuit. C’est vraiment incroyable de voir notre public grandir et de savoir que le groupe ne cesse de se renforcer. Nous espérons que vous apprécierez de regarder ce clip et nous avons hâte de vous voir plus loin sur la route ! « 

The New Roses en tournée

13.03.20 DE – Würzburg / Posthalle 
14.03.20 CZ – Prague / Klub 007 Strahov 
20.03.20 DE – Sarrebruck / Garage 
21.03.20 DE – Burgrieden / Riffelhof 
03.04.20 DE – Regensburg / Airport Eventhall 
04.04.20 DE – Fulda / Kreuz

04/11/20 DE – Bremen / Abattoir
16/04/20 DE – Bonn / Harmonie
17/04/20 DE – Hameln / Sumpfblume
24/04/20 DE -Jena / F-Haus
25/04/20 DE – Bordesholm / Albatros

06.06.20 DE – Oschersleben / Motorsport Arena
13.06.20 CH – Wolfhalden / Rock The Wolves
21.06.20 DE – Munich / Olympiahalle
19.07.20 UK – Maidstone / Ramblin Man Fair
25.07.20 DE – Thalmässing / Pyraser Brauerei
15.08.20 DE – Balve / German Kulturrock Festival

w / KISS
14.06.20 DE – Dortmund / Westfallenhalle
15.06.20 DE – Hambourg / Barclaycard Arena
10.07.20 DE – Francfort / Festhalle
11.07.20 DE – Stuttgart / Schleyer Halle

Nothing But Wild est disponibles aux formats :

CD Digipack
LP Gatefold BLACK
LP Gatefold GOLD
Deluxe Box
Digital Album
1 CD Jewel Case

The New Roses online: Facebook | Instagram | Site |Twitter

STINKY NOUVEL ALBUM

STINKY NOUVEL ALBUM-Tous droits réservés
STINKY NOUVEL ALBUM-Tous droits réservés

STINKY : nouvel album annoncé

Le quintet français du Punk / Hardcore Mélodique,  STINKY  va sortir son 3ème et nouvel album   » Of Lost Things«   le 15 mai 2020! Ils sortent aujourd’hui leur clip vidéo « Revival Fire« !

La vidéo de « Revival Fire » – une explosion d’énergie de deux minutes avec des paroles inspirantes sur l’auto-amélioration et l’autonomisation – diffusée lors du plus grand festival annuel de France festival de Metal, le Hellfest . STINKY a depuis mérité de nombreux éloges pour leur performance viscérale.

« Of Lost Things» a été enregistré en partie par Fabien Guilloteau (Hacride, The Necromancers) et présente des pochettes d’Emy Rojas (Clutch, Ministry, Queens of the Stone Age). En outre, l’album – qui sera disponible sous forme numérique, sous forme de CD digipak et sur un vinyle orange splatter en édition limitée – peut être précommandé à cet endroit: ICI , puis avec la boutique en ligne et le bandcamp, etc.

Depuis leur formation il y a une décennie, STINKY a joué plus de 350 concerts dans 15 pays différents pour soutenir leurs deux premiers albums, «Against Wind and Tide» en 2015 et «From Dead-End Street» en 2017. En cours de route, le groupe a partagé la scène avec Sick Of It All, Terror, Walls of Jericho et Millencolin.

Bien que le nom du groupe puisse sembler curieux pour certains, STINKY réussit incontestablement le test de l’odorat. Influencé par des groupes tels que Comeback Kid, Bane, Miles Away et Champion, le groupe fusionne donc habilement la mélodie avec une affinité pour la violence, faisant du quintette un mélange globalement combustible d’énergie et d’agressivité.

STINKY fera ses débuts au Japon en avril.

STINCKY en tournée

28/2 Amarok Metal Fest – Aigrefeuille-sur-Maine, France
14/3 Centre Arc en Ciel – Lievin, France
8/4 Hatsudai Wall – Tokyo, Japon
10/4 Tsurumai Daytrip – Nagoya, Japon
11/4 Bass On Top – Osaka, Japon
12/4 Hatsudai Wall – Tokyo, Japon
30/4 Hellfest Warm-Up Tour – Nantes, France
17/7 La Guerre du Son Festival – Landresse, France
28/8 Useless Fest – La Fleche, France

THINK OF A NEW KIND – INTERVIEW

THINK OF A NEW KIND - IDEALS WILL REMAIN L'INTERVIEW-Tous droits réservés
THINK OF A NEW KIND – IDEALS WILL REMAIN L’INTERVIEW-Tous droits réservés

THINK OF A NEW KIND VIENT DE SORTIR LE FANTASTIQUE IDEALS WILL REMAIN, ET POUR ACCUEILLIR LEUR NOUVEAU PROJET COMME IL SE DOIT, NOUS AVONS EU LA CHANCE DE FAIRE UNE INTERVIEW AVEC LE TRES DISPONIBLE RAF (PENER, CHANT) AFIN D’ÉVOQUER L’ACTU DU GROUPE. MICRO BRANCHÉ, ACTION !

Papiers svp !!!

ZEEKOLOGY: Salut Raf, merci d’avoir accepté cette interview concernant la sortie du dernier Think Of A New Kind. Peux-tu te présenter, ainsi que le groupe, en quelques mots pour la sortie de Ideals Will Remain ?

RAF: Tout à fait, avec plaisir ! Donc je suis Raf, chanteur chez Think Of A New Kind. Le groupe, issu de l’Ile de France, Paris pour simplifier, existe depuis pas mal d’années maintenant, puisque notre premier disque (Note: The Burden Of Will) sort en 2010. Ideals Will Remain est notre quatrième album et nous dirons que définir son propre style représente toujours un exercice difficile, surtout dans un groupe qui aime pas mal de choses différentes !

Nous avons par exemple au sein du groupe des fans de Textures, Thy Art Is Murder, Decapitated, d’autres sont fans d’In Flames. Pas toujours facile de se mettre d’accord, mais au final on arrive quand même à faire de la musique ensemble ! (rires) Tout ça donne une sorte de mélange très riche entre du Death Mélo Scandinave et ce que l’on appelle le Metal moderne américain. Voilà les plus grosses influences sur lesquelles on arrive à se retrouver.

Metal and Pop Culture

ZEEKOLOGY: En me baladant sur le site du groupe pour préparer cette interview de Think of A New Kind, j’ai remarqué que plusieurs membres du groupe aimaient la Pop Culture. En quels termes (univers, musiques, paroles) cette dernière influence-t-elle la composition chez Think of A New Kind ?  

Raf: Concernant la Pop Culture, je pense que pas mal de fans de Metal ont un lien particulier avec elle, cela a toujours été un peu le cas. Dans le groupe, on est comme ça mais on se rend bien compte aussi que nos potes autour de nous, fans ou groupes, on a tous la possibilité de se retrouver autour de ca. Que ce soit des jeux vidéos, des films ou des comics books. Donc je crois qu’il s’agit de quelque chose de commun à la plupart des gens qui aiment le Metal.

Le concept Ideals Will Remain

Je ne sais pas pourquoi il y a des liens à ce point là, mais pour nous, sur nos 3 premiers albums, qui sont des albums de Metal disons « classiques », ce n’était pas spécialement notre façon d’appréhender les choses. Pour le dernier, Ideals Will Remain, c’est la première fois que nous avons abordé la compo en se disant: « Il va y avoir un concept derrière à développer, pas juste des morceaux qui n’ont pas forcément de liens les uns avec les autres ».

En gros, on a eu une discussion assez ouverte sur ce qu’on voulait dire sur cet album. Plusieurs grandes idées en sont ressorties. L’une des principales était de se dire « ça nous fait chier de rester les bras croisés face à notre monde qui se casse la gueule ». Pour mettre un peu de contexte, cette discussion a eu lieu peu de temps après les attentats de Paris en 2015. Ca nous a donné envie de dire quelque chose.

Bouillon de lecture(s), vocalises et gaming débridé !

Il y avait également une autre idée. Nous nous sommes dit que puisque nous sommes Français, ça serait pas mal d’ « assumer » nos origines en s’inspirant de l’histoire révolutionnaire du pays. Une des conditions néanmoins était que je ne me sentais pas complètement capable de faire des textes trop engagés, revendicateurs, politiques ou quoi que ce soit. Alors je me suis dit: » Très bien, on va parler de tout ça mais on va le transposer dans un univers de fiction ». On tenait notre point de départ et par la suite on a creusé le délire de l’exploiter, l’imaginer, le développer.

Ca nous a donné des idées non seulement pour écrire les textes, les visuels de la pochette, les clips, mais aussi l’idée de faire un comic book afin d’accompagner le concept. Maintenant, pour la Pop Culture en général, j’ai pu être inspiré sur les disques précédents par un livre que j’ai lu, un jeu auquel j’ai joué… je voyais un petit truc à l’intérieur… Tiens, un exemple qui me vient en tête: il y avait une citation dans Metal Gear Solid 4 qui disait « When a man dies, a raven cries » (trad: « Quand un homme meurt, un corbeau pleure »).

Corbeaux et rêves agités

J’avais bien aimé cette phrase qui parle de la mort. Et c’est comme ça qu’on a eu notre morceau The Raven’s Cry sur Spasms Of Upheaval (sorti en 2012). Pour Ideals Will Remain, il y a une petite référence à un jeu vidéo dans Shadows Hill. La 1ère phrase du morceau dit: « In my restless dreams, I see that town » (trad: « Dans mes rêves agités, je vois cette ville »). Il s’agit de la 1ère phrase de Silent Hill 2. C’est aussi pour ça que le morceau s’appelle Shadows Hill !

Une autre anecdote au sujet du concept de l’album: Globalement, les forces que l’on affronte s’appellent l’Entropy. L’inspiration vient d’une série de romans, Autre Monde, écrits par Maxime Chattam où les ennemis se nomment Entropia. Pas tout à fait la même chose donc, mais il s’agissait clairement d’une influence pour moi quand j’ai imaginé cet univers.

Influences ciné, jeux, et… post-apo

ZEEKOLOGY: Ca tombe bien, puisque tu cites du Chattam, du Silent Hill, du Metal Gear… avez vous des auteurs/livres/ scénaristes comics/ réalisateurs/ jeux vidéos favoris ?

RAF: Oui, on se rejoint sur certains trucs. Après, comme pour la musique chacun à ses propres goûts. Mais l’univers qui nous met d’accord, que l’on aime le plus je pense, c’est celui de Batman. Mad Max également. J’étais déjà fan des films avec Mel Gibson mais le dernier, c’est une de mes plus grosses claques visuelles de ces dernières années. Je l’ai vu deux fois au cinéma, chose qui ne m’était pas arrivée depuis 1999 avec Matrix ! (rires). Pour les jeux vidéos, en tournée ou lors de petites soirées on sort FIFA, on fait nos vieux fans de foot tout pourris et puis on s’amuse bien ! (rires) Mais à titre personnel, mon gros kif actuellement, ce sont les jeux From Software. Dark Souls, Sekiro, Bloodborne…

De l’équilibre dans les ambiances

ZEEKOLOGY: Depuis les débuts du groupe ou peut-être Spasms Of Upheaval, Think of A New Kind semble apporter plus d’attention à l’équilibre ambiance/puissance. Exemple : Ton chant notamment, tu sembles être plus en confiance avec ce que tu peux amener vocalement, tu sors de ta zone de confort, tu sembles être plus polyvalent, pour être au service d’une atmosphère ou d’une émotion, d’un moment dans une chanson. Tu as des techniques particulières pour arriver à ce résultat ou bien les textes, la musique te donnent « la tonalité » de ce que tu dois chanter?

Raf: Globalement, pour les ambiances, la musique va me guider. En outre pour la voix, je n’ai pas vraiment de technique particulière différente de la plupart des chanteurs. Je possède une voix pour les screams, que ce soit des cris plus aigus ou plus gutturaux. J’ai par ailleurs des parties en voix claire pour lesquelles j’ai pris des cours. J’ai travaillé avec différents profs pour pouvoir perfectionner ces « techniques ». Mais pour Ideals Will Remain, au niveau du chant clair, on avait pas envie de s’arrêter à un schéma classique avec des refrains en chant clair et des couplets gueulés. On a toujours essayé d’éviter ça, même si force est de constater, surtout sur Symbiosis (en 2015) qu’ il y avait quand même un petit peu plus de voix claires. Après, on l’a aussi fait car sur le moment ça nous paraissait cool.

Libre style

Là, on n’a pas vraiment focalisé dessus. On ne mettait un chant clair uniquement si on en avait envie, et que ça nous semblait intéressant. Pas juste pour faire fondre les meufs (rires). Il y a quelques moments ou le chant clair est vraiment mis en avant, notamment sur The Essence ou The Phantom. Pour moi il s’agit des chansons où l’on retrouve de grosses parties dans ce style. Elles sont complètement assumées, et elles ne sont d’ailleurs pas sur les refrains si je ne m’abuse. Mais plus disséminées à droite, à gauche.

Zéro hésitation

Ca peut paraître un peu bizarre, en particulier sur le couplet de The Phantom qui commence de façon assez bourrin. Je me suis dit, ça semble intéressant de proposer un couplet en chant clair alors que la plupart du temps on aurait pensé à un chant gueulé plus classique. C’était l’occasion de tester quelques trucs. Et puis surtout de ne pas s’imposer de limites, du genre « la norme voudrait qu’il y ait du chant clair à ce moment là ». Encore une fois, c’était plus du style « Si nous avons envie de ne pas mettre une partie claire, on n’en met pas ». Et ça nous va.

ZEEKOLOGY: D’accord. Donc beaucoup de feeling au moment de chanter, sans se dire tel morceau nécessite absolument tel chant etc… Quelque chose qui sort à l’envie ?

RAF: Voilà. C’est, je pense, ce qui fait que le chant paraît mieux maîtrisé. On est plus dans le ressenti. Les choses sortent plus facilement.

Riffs haute fidélité

ZEEKOLOGY: Olivier et Clément apportent une assise rythmique incroyable au groupe. Quels sont leurs principales qualités au moment de composer, jouer, enregistrer ?

RAF: En fait, la batterie se démarque sur nos albums depuis nos débuts. Sans nous jeter de fleurs, on a un batteur qui maîtrise un tout petit peu son instrument ! (rires). Clément est arrivé dans le groupe juste avant 2010. Il a apporté quelque chose qui reste encore aujourd’hui, heureusement. Une patte rythmique, technique qu’on avait pas forcément au départ. On était dans le Death Melo, Killswitch Engage, In Flames, Soilwork, ce genre de groupes. Et lui arrive, et nous dit: « les gars, l’avenir c’est Meshuggah« . On ne savait même pas ce que c’était ! Clément a donc apporté cette touche de richesse technique qu’on essayait de mettre dans nos morceaux depuis nos débuts.

Radio Meshugga-ga

Cet album là n’a pas dérogé à la règle, il nous disait « Non mais attends ton riff tourne trop en 4X4, on va trouver autre chose ! » Là se trouve toute la difficulté de canaliser un gros fan de Meshuggah comme ça, qui veut faire des trucs absolument alambiqués, techniques. Il faut arriver à trouver le juste milieu. Car si tu fais des choses qui ne servent pas nécessairement l’écoute, tu peux flinguer un super riff juste pour avoir essayé d’intercaler un pattern de batterie un peu compliqué.

Donc l’équilibre est difficile à trouver mais quand on y arrive, c’est super intéressant ! Trouver des idées qui à l’écoute vont sonner de manière cool et normale. Sauf que si tu essayes de les jouer, tu vas te rendre compte que la batterie ne marque pas forcément les temps les plus instinctifs par exemple. Au final pour apporter une dimension plus riche à l’ensemble.

Techniquement fun

ZEEKOLOGY: Personnellement je trouve que vous avez encore affiné le travail de compo avec les guitares de Nils et Thomas à l instar de titres comme The Pledge, The Essence, Shadows Hill ou le phénoménal Dead’s End Night, à cause duquel vous risquez d’avoir des évanouissements lors de vos concerts ! (rires) . Blague à part, les riffs sont précis, les idées sortent tout le temps… Où puisent-ils tout cela, si tu as la réponse !!!

RAF: Et bien d’abord merci pour Dead’s End Night ! Il s’agit également de l’ un de nos morceaux favoris. Ce titre a trouvé un nouvel amour chez nous quand on l’a réécouté une fois que tout était fait. J’adore le groove du refrain, il a un côté « festif », plus fun, qui se démarque du reste. Ensuite, pour la composition de l’album, il y a eu des changements de line-up qui ont permis à Nils de composer, de s’exprimer plus comme il le voulait. Il a beaucoup écrit sur cet album là. Il s’agit aussi du 1er disque où Thomas est avec nous (Note: Thomas a rejoint le groupe en 2016). Ce qui est cool, c’est que c’est un excellent guitariste. Les deux se sont laissé de la place, c’était le contrat.

Frères de solo

Nils l’a toujours dit, il est ultra fan d’ Iron Maiden, de ces gars qui sont « frères de solo » si tu vois ce que je veux dire. Donc le fait d’avoir un autre guitariste soliste en la personne de Thomas, on avait l’occasion de faire ça. Les deux peuvent s’exprimer bien comme il faut. Et puis Thomas est un peu plus jeune que nous, il amène son lot d’influences différentes, ce qui est cool aussi. Mais il n’y a pas de solos type l’un après l’autre sur l’album. En revanche des solos harmonisés oui, de temps en temps. Et encore, il me semble que sur The Essence il y une sorte de double solo où on a l’impression qu’ils s’enchaînent, mais chacun fait un solo.

Think Of A New Kind en studio

ZEEKOLOGY: Guillaume Mauduit est une fois de plus à la production. J’imagine que vous devez avoir une relation de confiance qui s’est établie avec lui au fil des albums. A-t-il un toujours un rôle de « conseil » au niveau du son, intervient-il dans la mise en place des idées ou de structure des chansons ?

RAF: En gros, on a travaillé avec Guillaume sur The Burden Of Will (note: 1er album en 2010). A cette époque il avait tout fait: les prises, le mix, le mastering. Un super taf. Il n’est pas intervenu sur les compos mais nous a permis d’arriver dans « le game » avec un son de fou. 10 ans après, je trouve que l’album n’ a pas vieilli à ce niveau. Puis, le groupe a suivi sa route, a eu d’autres contacts, ce qui nous a donné l’opportunité d’essayer de nouvelles choses, de voir comment ça se passe ailleurs. Pour Ideals Will Remain, on s’est dit que ça serait marrant de revenir vers Guillaume, tout simplement.

High Kick bien fat

Entre-temps Guillaume a un peu changé de vie puisqu’il enregistre les groupes sur son temps libre aujourd’hui. Donc il s’est occupé des prises, a fait son job en studio en nous conseillant sur telle ou telle partie… mais il ne s’occupait pas de notre manière d’écrire. Ca restait notre tambouille. Et vu comment on galère à 5, intégrer une 6ème personne paraissait un peu compliqué ! (rires). On a fait faire le mix et le master par HK du Vamacara Studio à Nantes qui a géré les derniers Dagoba ou Loudblast afin de rajouter la dernière couche de « coup de pied dans la gueule », histoire que l’on soit satisfaits, que ça reste bien fat !

De l’essence dans le T.A.N.K…

ZEEKOLOGY: Un mot sur The Essence, le titre qui ferme l’album. J’ai trouvé qu’il y a une orientation légèrement plus Prog, en plus de la force habituelle de vos compos. C’est quelque chose qui est venu au feeling, ou bien de réfléchi ? Avez-vous l’intention de proposer ce genre de compos plus souvent à l’avenir ?

… et du feeling

RAF: Beaucoup de feeling. Après je ne vais pas te cacher que j’avais effectivement certains groupes en tête. Il faut savoir que ce n’est pas la première fois qu’on met certaines influences un peu Prog. Il y en avait déjà un peu sur Upheaval ou Symbiosis. Ce qui ne veut pas dire pour autant que nous sommes un groupe de Prog. Tu vois le morceau dont tu parlais, Dead’s End Night ? Bon voilà, 3 minutes 40, couplet, refrain, pont, refrain. Classique. Mais on aime bien. Nous sommes aussi de gros fans de Symphony X. On a aucun souci à se dire « tant pis le morceau fait 7 minutes ». Nous l’avons écrit sans se rendre compte qu’il durait 7 minutes. On l’a composé à partir du riff d’intro et on a construit le morceau autour de ça.

Ensuite pourquoi on l’a mis à la fin ? Et bien quand j’étais gamin, j’écoutais beaucoup Korn. Sur les premiers albums, peut-être un peu moins de nos jours, ils mettaient toujours une chanson qui était plus dans l’émotion. Je trouvais ça cool de terminer nos albums par un titre aérien avec des ambiances. Ce genre de compo arrive au feeling, sans contraintes. J’aurai tendance à dire que c’est bien qu’il y ait un peu des deux, bien qu’il soit trop tôt pour parler de futurs morceaux.

Live Visual Concept

ZEEKOLOGY: Au sujet de Think of A New Kind, je suis tombé sur une autre interview qui disait que le groupe a la réputation d’être très bon en live. Dans quel état d’esprit êtes-vous avant d’aller défendre les nouvelles chansons sur une scène, un festival ?

RAF: Avant tout on a envie de s’éclater, de passer un bon moment ! On a également envie de proposer un vrai show. La musique c’est cool, mais la musique live, sur scène, franchement c’est ce qu’on préfère. C’est quelque chose qui est important depuis le début du groupe. Quand on s’est mis à travailler sérieusement sur les albums, les concerts, on s’est dit « on a envie de faire des shows qui butent ». Nous avons beaucoup bossé sur l’aspect scénique, à quel moment on bouge la tête, etc. Les moments plus tranquilles de la même façon, où on va s’amuser avec les gens car c’est ça qui fait un bon concert également. Il faut que visuellement ça soit joli, mais qu’on voit aussi qu’on prend du plaisir avec le public.

Life on the road

Aujourd’hui on a notre petite équipe. Notre ingé son, notre ingé lights, c’est important d’avoir quelqu’un qui cale les lumières sur le départ d’un morceau afin d’impacter encore plus le public ! Et avec Ideals… on aimerait pousser le bouchon plus loin, vu qu’on a tout un concept visuel que l’on voudrait amener sur scène. Alors pour le moment, on réfléchit à comment faire tout ça, on va voir comment on va se débrouiller pour être visuellement encore plus impactant qu’avant. Ca nous tient à coeur.

Même sur les petites dates où on se dit « y a pas grand monde ce soir, ca va être tranquille », ben on y arrive pas quoi… Au bout de 30 secondes de morceau, on vit le truc ! On est dedans, et même si il n’y a pas grand monde, tant pis, nous on kiffe !

A la conquête du monde !

ZEEKOLOGY: Pour rester dans les lives, le groupe a brillé lors du Hellfest 2013. Est-ce suffisant pour un groupe pour se faire remarquer à l’étranger ? Avez-vous des projets de tournée hors Europe à l’heure actuelle (USA) ?

RAF: Pour le moment, on a fait 2 tournées en Europe, l’une avec Sinsaenum il y a un et demi, l’autre avec Soilwork, fin 2015, pour la sortie de Symbiosis. Super expérience, et j’espère que l’on aura d’autres opportunités de ce type là avec notre nouvel album. Concernant le Hellfest, c’était clairement l’un de nos meilleurs souvenirs. Maintenant, spoiler, non ça ne change pas la face d’une carrière musicale. En France il y a eu des petites choses, le petit côté « Ah vous avez fait le Hellfest ! ». Des contacts, des partenariats qui se débloquent. Le nom circule un peu plus, ça aide, c’est vrai. Pour trouver plus de dates également, par exemple. Par contre à l’étranger, ça ne change pas grand chose. Donc on a encore du travail à ce niveau. On espère y retourner. Mais ce mois de Juin 2013, encore une fois, fait partie de nos meilleurs souvenirs.

Les goûts et les couleurs

ZEEKOLOGY: Quels groupes écoutez vous encore à ce jour, continuent de vous influencer ? Des découvertes ?

RAF: Alors, un des groupes qui m’ a fait changer ma façon d’écouter de la musique (il réfléchit)… Je te parlais tout à l’heure de notre batteur qui adore Meshuggah… Je les trouve intéressants, enrichissants techniquement pour travailler des riffs, je respecte à fond leur démarche, ils ont amené un tas de trucs au Metal mais perso, un groupe qui m’a traumatisé, qui proposait une sorte de démarche similaire tout en étant différent et qui malheureusement n’existe plus depuis deux ans je crois, c’est Textures. Ca m’a parlé, ils ont changé ma façon de voir la musique. L’aspect rythmique… tous leurs albums sont vraiment excellents. Ce qui est cool aussi c’est que le chanteur de Textures fait un feat avec nous sur Survivance pour Ideals… Je conseille fortement Textures.

Black Apocalypse Brut

Pour parler des autres et de choses plus récentes, je sais que l’album favori de Nils en 2019, c’était le dernier Fleshgod Apocalypse qui ressemble un peu à du Black Dahlia Murder mais avec des claviers, du Deathcore avec du chant lyrique parfois. Sinon je suis un gros fan de Carpenter Brut. On est plus vraiment dans le Metal, ce n’est pas ce qui m’influence mais j’aime beaucoup. Dans le Death Melo, tous les fans du genre devraient absolument écouter Mors Principium Est, qui pour moi est une putain de référence. Ensuite, même si éthiquement parlant ça se discute, le dernier As I Lay Dying. Je m’attendais à du Metalcore d’il y a 10 piges et… j’ai pris une grosse tarte dans la gueule ! (rires)

Think of A New Kind, l’interview: le dernier mot de Raf

ZEEKOLOGY: Qu’est-ce qu’on peut souhaiter à Think of A New Kind et à Ideals Will Remain avant de finir notre interview ?

RAF: La première chose: pouvoir repartir rapidement sur la route pour défendre le nouvel album ! La set-list est très axée sur Ideals… Pour te dire, l’album n’est pas encore sorti et nous jouons déjà cinq morceaux ! (rires) C’est un peu une renaissance pour le groupe. On a vraiment envie de mettre l’accent sur ce disque. Nous laissons tomber T.A.N.K qui est l’acronyme de Think of A New Kind pour affirmer notre identité et notre entrée dans cette nouvelle ère. On espère débloquer plein de bonnes choses !

ZEEKOLOGY: Un dernier mot ?

RAF: Ben écoute… Merci ! Merci aux viewers qui liront cet article, et on leur donne rendez vous sur scène si ils ont envie de venir nous voir. Ca sera avec grand plaisir !

Voila qui clôture cette interview consacrée à l’actualité de Think of A New Kind et la sortie de Ideals Will Remain . Zeekology tient à remercier chaleureusement Raf, pour sa disponibilité et sa bonne humeur tout au long de l’interview, ainsi que l’ensemble du groupe Think of A New Kind et de leur équipe pour avoir permis cet échange.

Think of A New Kind-Ideals Will Remain disponible le 28/02/2020 via Verychords/Warner

Think of A New Kind online: Site | Twitter | Facebook | Instagram

Pour la chronique de l’album Ideals Will Remain, ça se passe par ICI !